L’Académie d’Flennes

EquipePatois72

Académie « d’ Flennes »

Aux limites de la Flandre et du Hainaut, aux abords de la frontière belge se situe un village particulier à cause de son langage. C’est Flines les Râches.

Sa langue qui n’est pas commune aux autres villages environnants bien qu’elle soit de la même origine, c’est-à-dire tirant du picard, du wallon, du bas latin avec des consonances anglo-saxonnes  dues aux multiples invasions et ses diverses nationalités (française depuis Louis XIV) est due à une conservation de son vocabulaire par une population qui n’a pas été influencée par l’évolution industrielle et qui a fait durer son vocabulaire avec une population rurale, et une prononciation particulière et ancienne qui fait son originalité.

Cette langue que nous appelons le Flinois n’est maintenant détenue que par une génération qui avance en  âge et risque de disparaître si on ne fait rien.

C’est pourquoi nous avons entrepris de le conserver.

Comme le Flinois est surtout une langue orale nous avons entrepris deux challenges:

  1. Essayer de l’écrire.
  2. Ensuite le lire.

Sans vouloir faire une étude académique nous avons entrepris tout d’abord l’écrire au départ de manière phonétique sans trop de règles et ensuite le lire après avoir appris à le déchiffrer.

Nous avons réuni des personnes volontaires qui détiennent cette langue et qui désirent qu’elle soit conservée. Nous avons appelé ce groupe « l’Académie de Flinois », des hommes et des femmes aimant leur village et son parler.

Les principaux travaux entrepris sont donc :

  • L’apprentissage de l’écriture et de la lecture; le vocabulaire ensemble on connaît.
  • Faire un lexique sinon un dictionnaire des mots originaux.
  • Le relevé des expressions propres à Flines
  • Le recueil des sobriquets et patronymes de Flines (actuellement plus de 380)
  • Le recueil des contes, histoires et chansons.
  • En finalité à l’avenir essayer d’éditer les travaux finis.

Nous avons commencé par un apprentissage de l’écriture, la prononciation du Flinois n’étant pas ordinaire il fallait quelques astuces que collectivement nous avons trouvées. Ensuite commencé à recueillir les mots par familles, outils, fruits, légumes, le calendrier, les nombres etc.… pour notre dictionnaire !

Nous sommes convenus d’une réunion tous les premiers vendredis du mois avec des coupures pendant les vacances. Tous les Flinois et Flinoises détenant la langue et ne voulant qu’elle se perde sont cordialement invités.

F. Bouchar